Archives de l’étiquette : Descartes

Un corps qui pense

Je ne peux nier qu’une partie de ce que je suis entretient un lien particulier avec mon corps, voire que celui-ci me constitue, au moins en partie. Toutefois en écrivant cela, je ne suis pas loin de soutenir l’idée que je suis constitué de deux choses. C’est, en effet, une vieille habitude en …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/le-corps-qui-pense/

Brouillard dans l’identité (esprit/cerveau)

La « réalité physique objective » se distingue d’une autre « réalité » : celle des qualités mentales. Cette division développée et soutenue par Descartes spécifie deux domaines irréductibles que l’on nomme aujourd’hui le « physique » et le « mental ». Selon ce point de vue dualiste, la substance étendue et la substance pensante composent le monde. Lorsqu’au 17ème siècle la …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/brouillard-dans-lidentite-espritcerveau/

P. Churchland vs C. McGinn : élimination ou mystère ? (Passons plutôt à la métaphysique !)

Première publication, juiln 2014 (révisée août 2015)

Les avancées des neurosciences peuvent nous amener à penser que les données empiriques seront, un jour, suffisamment abondantes pour ne plus avoir besoin d’utiliser le terme même d’ « esprit ».[1] Pour les neurosciences le mot « cerveau » suffit. D’ailleurs on pourrait se demander, puisque certains philosophes défendent une thèse …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/p-churchland-vs-c-mcginn-elimination-ou-mystere-passons-plutot-a-la-metaphysique/

Invisibilité de la cause mentale

Première publication, juin 2012 (révisée août 2015)

Contre le déterminisme, la cape d’invisibilité de la cause mentale est-elle la solution métaphysique ?

Une pierre qui vole, cela s’explique par une force qui agit sur elle. Quelqu’un l’aura sans doute lancée ou un autre objet, une autre pierre peut-être l’aura violemment percutée, la …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/invisibilite-de-la-cause-mentale/

Ce que nous sommes et le problème de la relation du corps et de l’esprit

Première publication, janvier 2012 (révisée août 2015)

John Locke dans son Essai sur l’entendement humain[1], introduisant le problème de l’identité personnelle, prend bien soin de se démarquer de l’ontologie dualiste de Descartes. Bien que notre philosophe français n’évoque pas la notion de « personne », on peut dire qu’avoir une âme immortelle …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/ce-que-nous-sommes-et-le-probleme-de-la-relation-du-corps-et-de-lesprit/

Persistance du dualisme en philosophie de l’esprit ou le cartésianisme « réformé »

Première publication, décembre 2011 (révisée août 2015)

Le dualisme au sujet de l’esprit pose une distinction métaphysique entre le corps et l’esprit. Face à la pression des thèses physicalistes, que la moisson des résultats en neurosciences contribue à consolider, deux énigmes persistent qui peinent à trouver leur résolution : les phénomènes de la conscience …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/persistance-du-dualisme-en-philosophie-de-lesprit-ou-le-cartesianisme-reforme/

Le dualisme des propriétés ou le dualisme caché de la substance

Première publication, octobre 2011 (révisée août 2015)

Le problème légué par Descartes à ses successeurs, celui de l’interaction entre le corps et l’esprit, est le produit du dualisme de la substance. Comment une substance qui n’existe pas dans l’espace et n’est assujettie à aucune force de gravité ou de magnétisme pourrait-elle, sans aucune propriété physique, …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/le-dualisme-des-proprietes-ou-le-dualisme-cache-de-la-substance/

Descartes inoxydable

Première publication, septembre 2009 (révisée août 2015)

William Lycan, comme beaucoup de philosophes s’intéressant à l’esprit, se présente comme matérialiste ou physicaliste – et ce, depuis quarante ans ne manque-t-il pas de préciser – et le demeure. Cependant, dans un article à paraître dans la très « ontologiquement sérieuse » revue Australasian …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/descartes-inoxydable/

Elisabeth de Bohème, princesse physicaliste

Première publication, mai 2007 (révisée août 2015)

Le physicalisme – terme apparaissant au 20ème siècle – est un véritable mur contre lequel notre conviction d’agent, que nos états mentaux causent nos comportements, vient se heurter. Lorsque la princesse Elisabeth de Bohème questionne Descartes sur sa solution ontologique, le dualisme des substances, elle se …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/630/

Le fantôme dans la machine

Première publication, février 2007 (révisée août 2015)

Descartes nous conduit donc à raisonner comme si l’esprit devait désigner un genre d’entité et que ce que nous appelons « croyances », « sensations » ou tout autre événement mental se référaient à des états qualitativement similaires. Pour éviter cette confusion, Wittgenstein nous prescrit un remède dans lequel il …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/le-fantome-dans-la-machine/

Articles plus anciens «