«

»

Imprimer ce Article

L’illusion de la femme sans tête

Première publication, mars 2007 (révisée août 2015)

En 1968, année de l’édition du livre de David Armstrong A Materialist theory of Mind, paraissait dans la revue Analysis[1] un très court texte du même David Armstrong, dans lequel l’auteur tentait d’éclaircir la position matérialiste au sujet de l’esprit, à savoir celle de l’identité psychophysique.

Il s’agissait pour Armstrong d’asseoir la position de la thèse de l’identité sur une base moins fluctuante que celle défendue par Smart qui soutenait que lorsque nous faisons une affirmation au sujet d’une sensation, nous la traduisions sans réellement préciser le caractère physique ou mental (Topic Neutral). Pour Armstrong, il fallait renforcer la position matérialiste. L’illusion de la femme sans tête va lui donner un moyen de mettre à jour une sorte de digression de la conscience. Cependant la démonstration d’Armstrong, si elle agit comme une mise en garde contre ce mouvement de la conscience, nous permet-elle d’adhérer pleinement à la thèse de l’identité psychophysique ?

Voici une traduction du texte d’Armstrong :

 

L’illusion de la femme sans tête et la défense du matérialisme

par D.M. Armstrong (trad. française F. Loth)

 

Les matérialistes réductionnistes ont argué que les images mentales ne sont rien d’autre que des processus cérébraux[2] ou que les sons ne sont rien de plus que des vibrations de l’air. A cela, il a été objecté que les images mentales ne semblent pas être des processus cérébraux pas plus que les sons ne semblent être des vibrations de l’air et qu’ainsi ce matérialisme réductionniste nous engageait à affirmer que notre expérience ordinaire d’images mentales et de sons produisait une illusion. Cela pourrait bien constituer une difficulté pour le matérialisme non réductible.

La réponse des matérialistes a été pour le moins hésitante. Parfois ils ont dénié que l’expérience ordinaire nous entraînait loin du matérialisme. L’expérience ordinaire, ont-ils affirmé, est complètement neutre entre le matérialisme et l’antimatérialisme. C’est le point de vue neutre (« topic neutral ») de la théorie de J.J.C Smart au sujet des sensations. Cependant, parfois les matérialistes sont enclins à admettre que notre expérience ordinaire possède un biais antimatérialiste (par exemple Smart à une autre période). Ce résultat est beaucoup plus gênant pour l’expérience ordinaire. Une telle orientation nécessite que nous recourions à d’autres arguments en faveur du matérialisme.

Il m’est venu à l’esprit que l’illusion de la « femme sans tête » pourrait bien être un modèle utile, dont l’utilisation pourrait permettre de surmonter l’apparente tension de la thèse matérialiste et son hésitation.

Pour produire cette illusion, une femme est placée sur une estrade illuminée devant un arrière-plan noir et un vêtement noir est placé sur sa tête. Elle apparaît ainsi aux spectateurs comme si elle n’avait pas de tête. Les spectateurs, en effet, ne peuvent pas voir la tête de la femme. Cependant, ils ont l’impression qu’ils peuvent voir que la femme n’a pas de tête. Des spectateurs peu perspicaces pourraient en conclure que la femme n’avait effectivement pas de tête.

Ce que montre l’exemple est que, dans certains cas, il est très naturel pour les êtres humains de passer de quelque chose qui est vrai : « je ne perçois pas que X est Y », à quelque chose qui peut être faux : « Je perçois que X n’est pas Y ». Nous avons ici à faire à un de ces mouvements naturels et immédiats de l’esprit dont Hume parlait, et dont il pensait qu’il était aussi important pour notre vie mentale.

Il peut maintenant être suggéré par le matérialiste que nous avons tendance à passer de quelque chose qui est vrai :

Je ne suis pas conscient par introspection que les images mentales sont des processus du cerveau.

à quelque chose qui est faux :

Je suis conscient par introspection que les images mentales ne sont pas des processus du cerveau.

De la même façon, nous passons de quelque chose qui est vrai :

Je ne perçois pas en les entendant, que les sons sont des vibrations de l’air.

à quelque chose qui est faux :

Je perçois en les entendant, que les sons ne sont pas des vibrations de l’air.

 

Est-ce que l’expérience, alors, entraîne l’illusion de la vérité de la thèse antimatérialiste ? Le matérialiste peut maintenant admettre qu’elle entraîne une telle illusion, mais on peut recommander l’interprétation qui consiste à se dire que l’illusion n’est pas plus que l’illusion impliquée dans la « femme sans tête » : de l’absence de conscience de X à être une conscience de l’absence de X.

Peut-être que le cas de la « femme sans tête » indique aussi une attirance psychologique pour l’opérationalisme et autres doctrines qui sont peu disposées à admettre des entités non observées.

Références

[1] 1968, « The Headless Woman Illusion and the Defence of Materialism », Analysis 29, p. 48-49.

[2] En réalité, les matérialistes modernes arguent habituellement que c’est le fait d’avoir une image mentale qui doit être identifié avec un processus cérébral. Mais pour la simplicité du propos, laissons ce détail de côté.

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/lillusion-de-la-femme-sans-tete/

Laisser un commentaire