Archives de la Catégorie : Métaphysique

Les vertus dormitives de l’opium

Première publication, novembre 2008 (révisée août 2015)

Au savant de Molière questionnant l’aspirant docteur à propos de la cause et des raisons qui font que l’opium fait dormir, le bachelier répond : « Mihi a docto doctore/Demandatur causam et rationem quare/Opium facit dormire./A quoi respondeo,/Quia est in eo/Vertus dormitiva,/Cujus est …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/les-vertus-dormitives-de-lopium/

Les tropes mentaux

Première publication, avril 2008 (révisée août 2015)

Selon la théorie des tropes, les propriétés peuvent être de type physique ou de type mental, mais leurs instances seront toujours physiques. Autrement dit, un trope mental est aussi un trope physique. En ce sens, la propriété est toujours physique.

Lorsque, selon cette théorie, …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/les-tropes-mentaux/

Les tropes comme propriétés de la causalité

Première publication, mars 2008 (révisée août 2015)

A un niveau très général, ce qui constitue les relata de la relation causale ce sont, selon les théories, des particuliers datés qui sont des événements ou des faits qui sont comme des propositions vraies. Les seconds se distinguent des premiers comme entités abstraites. Les premiers, …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/les-tropes-comme-proprietes-de-la-causalite/

Objets et tropes

Première publication, mars 2008 (révisée août 2015)

Doit-on admettre des objets dans une ontologie de tropes ? En effet, si les tropes sont au fondement de toute chose et des objets en particulier, doit-on considérer les objets comme des faisceaux (bundle) de tropes ?

La densité d’une brique d’argile, par exemple, …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/objets-et-tropes/

Les tropes

Première publication, mars 2008 (révisée août 2015)

Traditionnellement, en rhétorique le trope est une figure de style qui consiste à employer un mot ou une expression dans un sens figuré. En métaphysique, le trope est une propriété particulière d’un objet. Le terme « trope » a été introduit en 1953 par le philosophe …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/les-tropes/

La voie de la propriété particulière et de la similarité simple

Première publication, mars 2008 (révisée août 2015)

Les propriétés, de façon standard, sont conçues pour exercer un double rôle : (i) conférer des pouvoirs causaux aux choses et (ii) fonder des ressemblances objectives entre les choses. Ce second rôle, consistant à rendre compte de l’universalité, impose d’accepter la notion étrange de la localisation …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/la-voie-de-la-propriete-particuliere-et-de-la-similarite-simple/

Universalia in rebus : le réalisme de David Armstrong

Première publication, février 2008 (révisée août 2015)

David Armstrong est réaliste au sujet des universaux. Cependant, sa théorie n’est pas, comme il la qualifie lui-même une théorie « extrême »[1] et se distingue ainsi du réalisme transcendant de Platon, pour qui les universaux sont aussi réels, mais séparés des particuliers. On applique le …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/universalia-in-rebus-le-realisme-de-david-armstrong/

Pur platonisme : l’unicité dans le multiple

Première publication, février 2008 (révisée août 2015)

Le statut ontologique des propriétés mentales, selon le point de vue standard hérité de la théorie fonctionnelle de l’esprit, sont réalisées de façon multiple. Ainsi, deux particuliers peuvent posséder la même propriété mentale. Un chien et un humain pourraient donc être dotés de la même propriété …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/pur-platonisme-lunicite-dans-le-multiple/

Platon et les modernes : instancier un universel

Première publication, janvier 2008 (révisée août 2015)

Le prédicat est une « chose » qui dépend du langage, alors que la propriété est une structure de la réalité, indépendante (de nos pensées et donc de notre langage). Refuser le nominalisme du prédicat et admettre des propriétés dans l’ontologie, c’est, à propos de ces …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/platon-et-les-modernes-instancier-un-universel/

Ressemblance et propriétés

Première publication, janvier 2008 (révisée août 2015)

Selon les termes du débat philosophique, certaines entités ont des propriétés mais ne sont pas des propriétés, ce sont les particuliers. Les particuliers peuvent être définis comme des entités concrètes, c’est-à-dire qu’elles sont, des entités spatiotemporelles.

Lorsque nous disons que deux particuliers « partagent …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/ressemblance-et-proprietes/

Articles plus anciens «

« Articles plus récents