Archives de la Catégorie : Propriétés

Les vertus dormitives de l’opium

Première publication, novembre 2008 (révisée août 2015)

Au savant de Molière questionnant l’aspirant docteur à propos de la cause et des raisons qui font que l’opium fait dormir, le bachelier répond : « Mihi a docto doctore/Demandatur causam et rationem quare/Opium facit dormire./A quoi respondeo,/Quia est in eo/Vertus dormitiva,/Cujus est …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/les-vertus-dormitives-de-lopium/

La voie de la propriété particulière et de la similarité simple

Première publication, mars 2008 (révisée août 2015)

Les propriétés, de façon standard, sont conçues pour exercer un double rôle : (i) conférer des pouvoirs causaux aux choses et (ii) fonder des ressemblances objectives entre les choses. Ce second rôle, consistant à rendre compte de l’universalité, impose d’accepter la notion étrange de la localisation …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/la-voie-de-la-propriete-particuliere-et-de-la-similarite-simple/

Universalia in rebus : le réalisme de David Armstrong

Première publication, février 2008 (révisée août 2015)

David Armstrong est réaliste au sujet des universaux. Cependant, sa théorie n’est pas, comme il la qualifie lui-même une théorie « extrême »[1] et se distingue ainsi du réalisme transcendant de Platon, pour qui les universaux sont aussi réels, mais séparés des particuliers. On applique le …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/universalia-in-rebus-le-realisme-de-david-armstrong/

Pur platonisme : l’unicité dans le multiple

Première publication, février 2008 (révisée août 2015)

Le statut ontologique des propriétés mentales, selon le point de vue standard hérité de la théorie fonctionnelle de l’esprit, sont réalisées de façon multiple. Ainsi, deux particuliers peuvent posséder la même propriété mentale. Un chien et un humain pourraient donc être dotés de la même propriété …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/pur-platonisme-lunicite-dans-le-multiple/

Platon et les modernes : instancier un universel

Première publication, janvier 2008 (révisée août 2015)

Le prédicat est une « chose » qui dépend du langage, alors que la propriété est une structure de la réalité, indépendante (de nos pensées et donc de notre langage). Refuser le nominalisme du prédicat et admettre des propriétés dans l’ontologie, c’est, à propos de ces …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/platon-et-les-modernes-instancier-un-universel/

Ressemblance et propriétés

Première publication, janvier 2008 (révisée août 2015)

Selon les termes du débat philosophique, certaines entités ont des propriétés mais ne sont pas des propriétés, ce sont les particuliers. Les particuliers peuvent être définis comme des entités concrètes, c’est-à-dire qu’elles sont, des entités spatiotemporelles.

Lorsque nous disons que deux particuliers « partagent …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/ressemblance-et-proprietes/

Pourquoi accepter des propriétés dans notre ontologie ? Ou pourquoi penser que les propriétés existent ?

Première publication, janvier 2008 (révisée août 2015)

Avant de chercher à mieux saisir la nature des propriétés on peut se demander pourquoi nous devons imaginer que le monde contienne de telles entités. Une certaine tradition philosophique reste suspicieuse à l’égard des propriétés. Elles n’auraient pas de pouvoir explicatif et faire appel à elles …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/706/

Sortir de la mauvaise direction : distinguer les prédicats, des propriétés

Première publication, janvier 2008 (révisée août 2015)

Pour Wittgenstein, un problème philosophique a la forme de : « Je ne m’y reconnais pas. »[1] Notre pensée fait des noeuds et le travail philosophique consiste à dénouer ces noeuds que, via des confusions de langage, nous avons introduits. Pour y remédier, il faut alors …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/sortir-de-la-mauvaise-direction-distinguer-les-predicats-des-proprietes/

Chasser le fantôme au moyen des dispositions

Première publication, février 2007 (révisée août 2015)

Argumenter contre le dualisme des substances comme le fait Ryle n’est pas réduire l’homme à une chose ou à un système automatisé. Il écrit :

« Nier que l’être humain soit un fantôme logé dans une machine ne revient pas à le dégrader au …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/chasser-le-fantome-au-moyen-des-dispositions/

Les simples propriétés de Cambridge

Première publication, novembre 2006 (révisée août 2015)

Vouloir discriminer entre les vrais et les pseudo-processus causaux nous conduit à penser une séparation entre les changements véritables ayant lieu dans le monde physique et certains autres, qui ne seraient au fond que de prétendus changements.

Ce qui se produit dans …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/les-simples-proprietes-de-cambridge/