Archives de l’étiquette : Lewis

Mauvaise nouvelle pour la causalité mentale : l’externalisme des contenus mentaux

Première publication, juin 2007 (révisée août 2015)

La thèse externaliste qualifie les contenus mentaux comme ne survenant pas sur les caractéristiques internes des sujets à qui l’on attribue des attitudes mentales. Cette thèse, au sujet des contenus mentaux se construit autour de trois principes :

  • Les contenus de pensées des individus sont individualisés …

    Continuer à lire »

  • Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/mauvaise-nouvelle-pour-la-causalite-mentale-lexternalisme-des-contenus-mentaux/

    Le fonctionnalisme d’Armstrong et de Lewis ou le « sérieux ontologique »

    Première publication, avril 2007 (révisée août 2015)

    David Lewis[1] et David Armstrong[2] (1968) initièrent presque en même temps un fonctionnalisme se distinguant du fonctionnalisme officiel et qui peut apparaître comme la « marque » australienne du fonctionnalisme[3].

    Ned Block[4] explique la réalisation multiple comme la réalisation d’une propriété par une autre …

    Continuer à lire »

    Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/le-fonctionnalisme-darmstrong-et-de-lewis-ou-le-serieux-ontologique/

    David Lewis : la douleur du fou et celle du martien

    Première publication, avril 2007 (révisée août 2015)

    Une théorie philosophique de l’esprit doit chercher à rendre compte de la douleur.

    Comme nous l’apprend l’argument de la réalisation multiple, la douleur peut être réalisée dans un grand nombre d’organismes. Ainsi, une théorie philosophique de l’esprit doit pouvoir prendre en compte la douleur, …

    Continuer à lire »

    Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/david-lewis-la-douleur-du-fou-et-celle-du-martien/

    L’argument causal pour le physicalisme

     

    Première publication, novembre 2006 (révisée août 2015)

    Le physicalisme ontologique, ou matérialisme, qui affirme que chaque chose, dont les choses non physiques, est physique, ne doit pas se réduire à une « pétition de principe ». La complétude de la physique, dont parle le précédent billet, ne dit rien au …

    Continuer à lire »

    Lien Permanent pour cet article : http://www.francoisloth.com/415/

    « Articles plus récents